Les questions de santé mobilisent dans les territoires, exemple dans la Vienne, le 6 mai 2019

Lundi, à l’invitation de mon collègue et ami, Jean-Michel Clément, député de la Vienne, j’ai animé une réunion publique sur la santé à Champagné-Saint-Hilaire.

J’ai salué la suppression du Numerus Clausus par la ministre des solidarités et de la santé, numerus clausus qui accentuait la fracture médicale et conduisait des milliers d’étudiants à redoubler leur première année de médecine alors que nous avons recours à des médecins étrangers aux formations moins qualifiantes que les nôtres.


Pour autant, j’ai rappelé les insuffisances du plan « ma santé 2022 » car il ne permet pas d’apporter une réponse à la hauteur des drames que vivent les territoires en matière d’accès aux soins !
Rien n’est prévu sur la régionalisation de la formation qui elle seule permettra d’augmenter le nombre de professionnels de santé et de les adapter en fonction des besoins des territoires, ni sur le financement des Communautés Professionnelles de Santé de Territoires.
Enfin, la carence la plus importante de ce plan est l’absence de réponse forte à la désertification médicale. Malgré la création de 4000 postes d’assistants médicaux et le déploiement de 400 médecins salariés, le gouvernement passe complètement à côté de ce sujet.


A cet égard j’ai rappelé les propositions que j’avais formulées à l’automne 2018, avec la commission d’accès aux soins : revaloriser la consultation dans les zones touchées par la désertification médicale, permettre le cumul emploi-retraite, recourir aux médecins non encore titulaires de leur thèse, régulariser des médecins étrangers compétents, revaloriser le Contrat d’Engagement de Service Public ou mettre en place une vraie filière de télémédecine.

Je remercie chaleureusement chacune, chacun des participants à cette réunion, riche de questions sur un sujet qui suscite l’inquiétude et est très loin d’être traité par les dernières réformes annoncées.

au cours d ela réunion publique  àChampagne Saint Hilaire dans la Vienne, 6 mai 2019